La bombe à huile de moutarde

Les Brassicacées possèdent une arme chimique de défense contre les herbivores…

Mais comme les humains sont un peu timbrés, ils aiment manger tout ce qui pique.

 

Roquette des murailles-Diplotaxis muralis-(Brassicacées)-Christie 2018

Le principe de cette bombe de défense est basée sur 2 composants bien compartimentés qui vont être mélangés lors de la rupture des cellules.

C’est donc celui qui mâche la plante qui déclenche la réaction…

PiwigoPress warning: id=1143, http error: Access denied

D’un côté, dans certaines parties des cellules : un glucosinolate

Glucosinolate – Benjah-bmm27-Notez l’atome de soufre.

De l’autre, une enzyme, protéine dotée de propriétés catalytiques qui va servir de détonateur !

Exemple d’enzyme – Thomas Shafee

Le résultat : Des isothiocyanates toxiques…

…des thiocyanates ( présent dans la moutarde), des nitriles, une huile volatile odorante et piquante à base de soufre.

Et ce n’est pas tout : La plante dose sa réaction, en cas d’attaque massive  certaines substances sont multipliées par vingt.

Si vous voulez plus de détails sur ce phénomène, lisez l’article de Guillaume intitulé : Elles ont la bombe chimique M. !

 

Moutarde des champs – Sinapis arvensis «Sanve, Sénevé » Brassicacées (Christie 2018)
Réseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *