Peinture monumentale

Le marché de l’art est à l’art ce que le jambon fumé est à un petit cochon tout mignon.

Voilà Cissy promue grande peintresse, elle était censée partir au japon et  la voilà en Chine, mais on s’en fou, vu qu’elle ne va pas tarder à se ramasser.

Ses rêves de grandeur sont finalement bien innocent

Elle ignore qu’elle à mit le pinceau dans la mécanique du marché de l’art, qui n’a aucun lien avec la sensibilité, plutôt avec la cotation du boudin à la bourse.

Pour agrandir la maquette de son projet sur une toile gigantesque, elle utilise des cases comme les mots croisées. Un dispositif débile de chaussures-brosses permet de peindre en marchant.

Attention, les filles de l’amicale des peintres n’ont pas le droit à l’erreur.

Comment le riche commanditaire va réagir, il avait commandé le fameux Hot-Dog géant de Cissy !

Le leitmotiv du Hot-dog est une constante de bêtise de Cissy et du marché de l’art, Junk-food, Junk-Art.

 

Et voilà, retour à la maison, de nouveau, style rapide sur papier jeté un matin qui reflète la dégringolade…

Le cours de l’artiste…quelle trahison dans les termes…

Tiens ? Les filles de l’amicale s’intéressent à elle alors qu’elle n’a plus d’argent ?

Est-ce son potentiel monétaire ou est-ce un début d’intérêt pour Cissy ?

Non, Cissy est vraiment trop bête, mais elles doivent envier sa sincérité…

A suivre…

 

Auteur : Cissy

Née dans la jungle, elle affronte les rudes pluies de mousson au milieu des moustiques marécages et sangsues.

Laisser un commentaire